skip to Main Content
SEDIMENTS

Sédiments 15 – Rivière Dordogne, trésor écologique

Auteurs, Artistes, Contributeurs : 

Romain BondonneauRoland ThielekeRémi LabrussePierre BergouniouxPascal VerdeyrouxOlivier GuerriMeriem BouamraneMatthieu ChanseauMarc VillarJustine QuetierJean-Philippe PierronJean-Claude MartegouteJean-Baptiste MboungouGilles ClémentGilbert CochetGhislain HuygheFrédéric MoinotFrédéric HoffmannDenis SallesChristophe AubelChristian SignolCharles LemarchandBenjamin BondonneauAnne-Marie Cocula-VaillièresAndroula MichaelAlexandre PauAlain Dutartre
Date de parution - juillet 2023
29 x 21,5 cm
112 pages
22 €

La Dordogne est un fleuve.
Pourtant, les gens d’ici l’ont toujours considérée comme une rivière, d’une dimension plus facile à apprivoiser, à tutoyer. Depuis la nuit des temps, elle structure le paysage, assure les grands usages comme la pêche, la circulation des hommes et des biens, bientôt l’énergie, l’irrigation et le tourisme… Elle est si généreuse !
La Dordogne et tout son chevelu d’affluents composent un vaste bassin versant de 24 000 km2, peuplé d’un million d’habitants. Les faibles densités humaines l’ont globalement préservée des principaux rejets polluants liés aux usages industriels et urbains. La bonne qualité des eaux rend la rivière apte à la baignade et à la diversité de la vie aquatique. Riverains et visiteurs le mesurent aujourd’hui : c’est un véritable trésor écologique qu’ils côtoient. Son intégration dans le réseau « Réserve de biosphère UNESCO » fut une véritable consécration mondiale en 2012.
Des sources à l’estuaire, la variété des poissons est innombrable, parmi lesquels les huit espèces migratrices comme le saumon, l’alose ou encore l’anguille. Petites bestioles, batraciens, oiseaux et mammifères vivent dans l’eau ou près des berges. La loutre, qui avait presque disparue, colonise à nouveau les vallées. Arbres, arbustes et plantes aquatiques jouent pleinement leur rôle dans cette mosaïque de milieux à la riche biodiversité.
Néanmoins, les problèmes ne sont pas inexistants. Les nombreux barrages ont brisé la continuité écologique et sédimentaire. Aussi, au XXe siècle, l’extraction massive des sables et galets en lit mineur a aggravé les déséquilibres. La rivière s’enfonce, se chenalise, se coupe de ses précieux bras morts. Le piégeage des galets par les barrages ajouté aux passes à poissons parfois inadaptées suscitent une forte inquiétude sur la pérennité de la présence des poissons migrateurs. Certaines espèces invasives fragilisent animaux et plantes endémiques. Bref, notre Dordogne réclame aujourd’hui tous les soins.
Depuis 30 ans, l’établissement public EPIDOR est au chevet du cours d’eau, corrigeant peu à peu les effets négatifs induits par les aménagements et activités humaines. Dans un contexte de raréfaction de la ressource en eau et du dérèglement climatique, collectivités, associations et riverains tentent ainsi de se coordonner pour protéger et restaurer la belle rivière. Et garantir durablement un avenir harmonieux à la vallée et ses habitants.

Back To Top